Le Challenge AZ en mode collaboratif

Pour cette édition 2018, plusieurs généalogistes (et autres passionnés) se sont lancés dans un challenge collaboratif. Trois “coordinateurs” ont accepté de revenir pour nous sur cette aventure. Gloria pour Lulu Archive Availles-en-Châtellerault, Raymond pour le blog du Cercle Généalogique des Deux-Sèvres et Maria pour le Cercle Généalogique Poitevin. Et vous allez le voir, il a fallu beaucoup d’organisation pour mener à bien ces projets !

1. Pouvez-vous nous présenter votre challenge collaboratif ? (thème, nombre de participants…)

Gloria : Le thème de départ : 26 availlais parlent généalogie ou patrimoine pour 26 lettres de l’alphabet. Changement de thème in extrémis pour éviter l’abandon faute de participants : hommage aux 180 poilus d’Availles de A à Z et insertion complémentaire des articles proposés par les availlais. Au final 7 rédacteurs dont moi et 7 articles originaux d’availlais.

Raymond : Le thème, c’est la Gâtine poitevine, la région autour de Parthenay dans les Deux-Sèvres avec une quinzaine de participants. Après, chacun a fait ce qu’il a voulu comme il a voulu !

Maria : Thème proposé : chaque lettre devait correspondre à un lieu de la Vienne (commune, lieux-dits, noms de rue ou autres). Le thème était donc suffisamment large et permettait à chacun de s’approprier un sujet varié qui lui n’était pas imposé. Je n’ai pas imposé non plus de longueur de texte même si j’ai expliqué qu’il était préférable de faire court. Pour une première participation, je ne voulais pas brider ceux qui se lançaient pour la première fois dans l’écriture. Le mot d’ordre a été de se faire plaisir avant tout. Chacun devait également proposer une illustration.

Nombre de rédacteurs : 20. Certains ont proposé 2 articles.

AZ Availles

2. Comment avez-vous recruté les rédacteurs ?

Gloria : J’ai parlé du ChallengeAZ à chaque bistrot patrimoine, j’ai sollicité ceux qui avaient mené des Bistrots,  j’ai fait de l’incitation, j’ai donné des exemples, j’ai tenu une permanence hebdomadaire à la médiathèque avec proposition d’atelier d’écriture, j’ai accompagné aux AD86. Certaines recherches n’ont pas été finalisées par un article pour des raisons indépendantes ou par timidité.

Raymond : Le point de départ du Challenge Gâtine, c’est une idée de Brigitte (Chroniques d’antan et d’ailleurs) qui m’a proposé de faire un challenge collaboratif sur la Gâtine hébergé sur le blog du Cercle généalogique des Deux-Sèvres. Elle et moi savions que nous n’aurions pas de mal à convaincre Caroline (La Drôlesse) de rejoindre le bateau (elle m’avait fait part l’an dernier de faire quelque chose à plusieurs, elle ne voulait pas se lancer seule) On a contacté Nat (Parentajhe à moe) partante également. Brigitte, moi et Sylvie (mon épouse et co-blogueuse sur l’arbre de nos ancêtres) on a complété le groupe blogueurs du Poitou ! Le fait que la Vienne se lançait dans la même aventure m’a rassuré d’autant plus que j’avais pris contact avec Maria.  J’ai donc proposé le challenge en CA du Cercle généalogique des Deux-Sèvres. Ils en étaient d’accord. Certains membres m’ont proposé des articles, j’ai fait jouer des contacts personnels généalogistes ou historiens amateurs locaux et amis. J’ai aussi eu une demande spontanée suite à un appel à volontaires sur le blog et La Drôlesse a sous-traité un article avec un ami à elle. Si je résume nous étions 5 blogueurs “confirmés” pour 10 articles et 10 autres auteurs pour 15 articles

Maria : Tout a commencé par la création d’un atelier d’écriture au sein de l’association en septembre 2017. L’idée de départ était de constituer un groupe qui souhaitait écrire sur sa généalogie ou partager ses recherches. Le premier objectif de cet atelier était la participation au Challenge AZ. Le surplus des articles (s’il y en avait eu) devait être publié au fil du temps sur le blog ou le bulletin trimestriel de l’association. Un groupe de 24 personnes s’est constitué. Nous nous sommes réunis tous les 2 mois et chacun a proposé des sujets. Ceci a permis des échanges et sans doute une certaine émulation. Des habitués des blogs comme Gloria ou Antony Gourdeau (Geneablog86) ont par leur expérience encouragé ceux qui étaient plus timides. Nous avons plus de participants que de rédacteurs car certains se sentent plus à l’aise dans la recherche de documentation. Derrière un rédacteur, il y a donc aussi des accompagnants qui se sont sentis tout aussi impliqués dans cette aventure.

AZ CGP

3. Avez-vous créé un blog spécifique pour le challenge ? Qui l’a alimenté au jour le jour ?

Gloria : Non, le blog d’Availles existe depuis un certain temps. Je l’ai alimenté au jour le jour ou presque, vu les circonstances.

Raymond : Non, le blog Généa79 est celui du Cercle généalogique des Deux-Sèvres qui existe depuis 2 ans environ et que je gère seul au quotidien. C’est moi qui ai mis les articles en place et les ai programmés. J’avais demandé qu’ils me soient envoyé 1 mois à l’avance pour que j’ai le temps de tout mettre en place, ce qui a été à peu près respecté. Heureusement d’ailleurs car le format de certain texte, les illustrations à insérer sans parler des éventuelles corrections m’ont pris pas mal de temps. J’ai rajouté pour chaque jour une brève présentation des auteurs.

Maria : Le but était d’alimenter le blog existant du CGP. Tous les articles devaient être finalisés pour fin septembre de façon à me donner le temps de les mettre en ligne durant le mois d’octobre. Tout le monde a joué le jeu et respecté ce délai.

Ma touche personnelle : la mise en valeur de chaque article avec des rajouts d’images et de liens apportant des informations complémentaires (alimentation de la rubrique “le plus à consulter” ou “le plus du CGP”) et la création de la cartographie des lieux correspondants à chaque lettre (merci à Brigitte qui m’a bien guidée).

4. Avez-vous utilisé des outils pour la gestion du challenge ? (tableaux, documents partagés…)

Gloria : Non pas du tout.

Raymond : Au début, Brigitte avait créé un tableau partagé mais il n’a servi qu’à moi finalement. Brigitte avait commencé à le remplir avec ses articles, ceux de Caroline, et les pistes que je lui avais donnés. Je suis bien content qu’elle ait fait ce travail préparatoire. Après j’ai géré tout seul, proposant des ruses pour arriver à caser les 26 titres. Il n’y a pas eu de document partagé non plus. J’ai envoyé quelques courriels pour contacter puis informer les participants des titres et des sujets choisis et de l’avancement des écritures.

Maria : Utilisation d’un dossier partagé sur Google où chacun pouvait retrouver les articles proposés, les lire en avant-première et donner éventuellement des conseils de recherches. Chaque réunion a fait l’objet d’un compte rendu et d’un tableau pour le suivi des articles.

AZ CG79

5. Quelles ont été les principales difficultés ?

Gloria : Le risque d’abandon (j’avais promis que j’abandonnerai si je n’avais pas le nombre d’articles à temps. A partir du moment où j’ai repris la main, la participation des availlais devenait un bonus, je me suis sentie bien plus tranquille ;).

Raymond : La mise en place sur le blog a été problématique pour certains articles. Faire des relances n’est pas non plus ce que je préfère mais tout le monde à été correct ! Je ne pense pas que les auteurs aient eu des difficultés particulières sauf peut-être Brigitte qui a dû être à un moment débordée de projets. Le plus difficile pour moi, c’est que, comme Brigitte,  j’avais un autre challenge (collaboratif lui aussi puisque rédigé avec Sylvie) sur les moulins à gérer également. Enfin, me retrouver assez vite “leader” d’un projet collaboratif n’est pas tout à fait ce que je voulais, mais c’est vrai que j’étais le mieux placé pour faire le lien entre les blogueurs et les locaux !

Maria : Globalement l’abécédaire a été rempli rapidement. Ceux qui n’étaient pas aguerris à l’écriture ont peut être eu plus de mal à se lancer. Certains ont eu du mal à lâcher leur texte, sans doute par peur du jugement des autres ou parce que trop pris par le sujet. Il a fallu les rassurer. L’écoute et la bienveillance de chacun au cours de nos rencontres ont été utiles dans ce sens.

D’un point de vue technique, j’ai appris à apprivoiser WordPress et j’ai découvert Umap. J’ai un peu transpiré quand même.

6. Un mot pour la fin ?

Gloria : Je crois que certains n’ont pas compris le jeu/l’enjeu. D’autres se sont dit “Lulu va bien arriver sans nous, comme d’hab’”. Je suis très contente d’avoir essayé. J’ai eu un document inattendu sur l’histoire du foyer d’Availles, rien que pour ça, le jeu en valait la chandelle. Je suis certaine d’avoir plus de participations l’an prochain. Mais  j’ai tiré quelques leçons : je pars avec un thème imposé, l’école. Il me permet d’avoir de la matière si je manque de participants. J’ai bien aimé l’idée de mettre en avant de A à Z une liste d’indexation, car les généalogistes et les availlais sont friands de patronymes. Mon ambition est de faire participer aussi des “non-généalogistes” et des “non-chercheurs” en patrimoine, j’y suis un peu arrivée, je vais progresser et dans trois ans j’aurai 26 articles par 36 availlais 😉

Raymond : Je suis plutôt content d’avoir animé ce challengeAZ. J’ai même fait un peu de pub sur radio Gâtine. Je suis content du plaisir que les “auteurs” ont eu à écrire et à se lire ensuite, des vues sur le site aussi. Je vais essayer de relancer cela l’année prochaine en m’inspirant de Maria, cette fois, proposer un “atelier” d’écriture à Niort. Je lui demanderai peut-être de l’aide (il faut que je lui demande quand même) Je verrai bien si ça accroche ou pas (je ne sais pas si je saurai autant fédérer) mais j’aimerais beaucoup influer à ma petite échelle sur la pratique de la généalogie, qu’il y ait pas seulement des échanges d’arbres mais aussi d’histoires, de textes. Zut, j’ai fait plus d’un mot. Je remplace : Bises !

Maria : J’étais prête à participer au Challenge mais je ne m’en sentais pas capable à titre individuel. Le fait de proposer une forme collaborative m’a incitée à proposer cet atelier d’écriture au sein du CGP que j’avais en tête depuis un moment.

La participation à ce challenge a été un enrichissement et une satisfaction pour tout le monde. Le fait de se réunir régulièrement a apporté de la convivialité (j’y tenais) et une entraide (sur des axes de recherches).

Ma satisfaction personnelle a été de faire découvrir à beaucoup de participants une autre façon de parler de généalogie et ma réussite est qu’ils veulent tous continuer. Donc rendez-vous en 2019 !

Un grand merci à Gloria, Raymond et Maria d’avoir répondu à ces questions. Elodie.

Elodie Dezat

Elodie Dezat

Généalogiste amateur depuis 2009. Arbre centré sur le Berry.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *