Le ChallengeAZ cuvée 2021, c’est à vous

Temps de lecture : 3 minutes

En avril 2013, Sophie Boudarel, un des membres fondateurs de Geneatech, lançait sur son blog La Gazette des Ancêtres le premier ChallengeAZ à destination des généalogistes français. Cette année là, 45 généalogistes avaient joué le jeu.

Depuis, tous les ans le ChallengeAZ est revenu mettre de l’énergie sur les blogs des généalogistes français.

Depuis 2020, Geneatech a pris en charge l’animation et la gestion quotidienne du ChallengeAZ, dans l’esprit que Sophie Boudarel lui avait insufflé.

La cuvée 2021 aura lieu du lundi 1er novembre 2021 au mardi 30 novembre 2021.

Avant de décider si vous allez participer cette année, voici en quelques questions ce qu’est le Challenge AZ.

Qu’est ce que le Challenge AZ ?

Pendant un mois, du lundi au samedi, il s’agit de publier sur son blog un article par jour, autour de la généalogie, en suivant l’ordre de l’alphabet. Jour 1 lettre A, Jour 2 lettre B, Jour 3 lettre C etc. Le dimanche, on fait une pause. En un mois, on publie donc 26 articles, un pour chacune des lettres de l’alphabet.

Uniquement sur un blog ?

Le Challenge AZ a été mis en place pour promouvoir l’écriture et les blogs. Le blog de généalogie permet le partage entre généalogistes, et augmente la visibilité de la généalogie. Il est donc particulièrement mis en avant lors de cet événement. Dans certains cas exceptionnels – et rares – nous pouvons prendre en compte une page Facebook pour une institution ou un site d’archives, ou une chaine Youtube le cas échéant. Posez nous la question avant de vous inscrire, ce sera plus simple à gérer pour nous.

Sur quel sujet écrire ?

Tout sujet autour de la généalogie est le bienvenu. Anecdote, biographie, monographie, méthodologie, si c’est un sujet que vous étudiez quand vous travaillez sur votre généalogie, il est le bienvenu.

Faut’il un thème ?

Vous lirez probablement sur les réseaux sociaux des généablogueurs déclarant qu’ils ont trouvé leur thème, ou leur fil rouge. Sachez que cela n’a rien d’obligatoire, ni même de nécessaire. Vous pouvez choisir de raconter une histoire, une famille, un lieu, ou choisir tout aussi bien d’aborder un aspect différent de votre pratique de la généalogie lors de chaque article. Vous choisissez pour chaque article ou pour l’ensemble du défi ce dont vous parlez.

Pourquoi dois-je m’inscrire ?

Nous souhaitons depuis la première année du ChallengeAZ conserver la trace des articles publiés pendant cet événement. Certains blogs disparaissent, certains blogueurs passent à autre chose, mais les articles qu’ils ont publiés restent lisibles parce que nous les avons sauvegardés sur une plateforme spécifique. Pour les sauvegarder, nous avons besoin de savoir précisément où les trouver. Voilà pourquoi nous vous demandons de vous inscrire. Bien sûr l’inscription est gratuite, et vous ne devez pas obligatoirement être inscrit à Geneatech pour participer.

Y a t’il quelque chose à gagner ?

Il s’agit d’un défi d’écriture, et c’est un défi personnel que vous vous lancez. Il n’y a et n‘y aura jamais de prix ou de concours à l’intérieur du ChallengeAZ. Vous écrivez parce que vous en avez envie, et les lecteurs vous lisent sans juger ni classer vos articles publiés. Et si pour une raison quelconque, vous n’arrivez pas à terminer le défi, si des lettres vous font défaut, personne ne vous en tiendra rigueur.

En fait je m’engage à quoi ?

La seule chose que nous vous demandons, une fois que vous serez inscrit officiellement et que le ChallengeAZ débutera en novembre 2021, c’est de remplir un tableau de suivi, après la publication de votre article. Ce tableau permet à l’équipe qui gère la sauvegarde et la promotion du ChallengeAZ de récupérer et de sauvegarder tous les articles. Pratiquement, vous pouvez retrouver ce que vous devrez faire dans la vidéo suivante.

L’aventure vous intéresse ?

Inscrivez-vous ici et rendez-vous sur vos blogs le 1er novembre 2021.

Carte du Tour de France des ressources et archives

Temps de lecture : < 1 minute

Retrouvez ici l’ensemble des contributions du Tour de France des Archives ! Elle sera mise à jour à chaque étape. Articles, vidéos… il y en a pour tous les goûts.

Normalement un simple clic permet d’ouvrir le lien. Si ça ne fonctionne pas, vous pouvez y accéder en faisant un clic droit puis ouvrir le lien dans un nouvel onglet.

Les participants à cette édition 2021 du Tour de France des Archives :

Histoire d’une naissance : Généalogie Alsace, le petit blog qui monte qui monte…

Temps de lecture : 7 minutes

L’invitation de GeneaTech au partage d’expérience est une excellente occasion de faire le point sur les presque 9 mois d’existence de Généalogie Alsace, le blog de la section Île-de-France du CGA (Cercle Généalogique d’Alsace). Histoire d’une naissance !

 

Au départ, un constat : la pandémie nous éloigne inexorablement les uns des autres.

Les membres de la section sont empêchés de se retrouver, comme à leur habitude, un après-midi par mois, dans une brasserie parisienne. Il faut dire que les grèves de transport et la crise des « gilets jaunes » ont déjà freiné considérablement le rythme des réunions (au cours desquelles nous écoutions un exposé ou conférence et échangions autour d’une boisson nos expériences généalogiques)… Le besoin de partager, de rester en contact, nous pousse à trouver une solution numérique à l’isolement forcé. On pense sérieusement à un site internet qui nous permettrait aussi d’avoir une visibilité sur la toile, de faire connaître nos particularités et nos publications, d’augmenter le nombre des participants. On en parle, on en reparle, on tergiverse, on hésite… Qui s’en charge ? Qui a le temps, l’énergie, les compétences ? Comment lancer un site internet sans bousculer les habitudes de travail des plus anciens du groupe ? Comment publier des articles sans faire de l’ombre à la lettre trisannuelle de la section ?

L’élément déclencheur : Le Salon Virtuel de Généalogie de juin 2020.

L’information arrive sur nos boîtes mails en plein confinement : GeneAgenda lance le 1er Salon Virtuel de Généalogie. Nous décidons de nous lancer dans l’aventure, presque au pied levé. C’est l’occasion de découvrir que, finalement, en outils numériques, nous ne sommes pas complètement des quiches ! Et on se prend au jeu ! Pour se lancer doucement dans l’aventure numérique, nous ouvrons d’abord, en juin 2020, le compte Instagram @genealogiealsace, après avoir constaté que ce créneau est inoccupé et que ce média permet de toucher de jeunes adeptes de généalogie. Succès immédiat et enthousiasmant ! Le compte Instagram atteint 100 abonnés mi-septembre. Le projet d’un site internet mûrit pendant l’automne… Deux membres de la section (Christine et Laure, les « petites nouvelles » du groupe), réfléchissent aux contours du support. Il nous faudra un blog, évidemment, pour assouvir notre soif d’écrire et partager les travaux rédactionnels des membres !

Créer un site internet : notre expérience, étape par étape.

Étape 1 : créer une adresse mail pour la section CGA-IDF !

Étape 2 : lister les besoins et les contraintes. C’est une étape au moins aussi importante, sinon plus, que la mise en place de l’outil technique. Question primordiale : le site doit-il être ouvert à tous ou réservé au groupe ? Notre site sera public (grande prudence donc sur la confidentialité des informations qui y seront exposées). Il devra comporter des renseignements permettant de faire connaître la section Île-de-France du CGA et un blog pour y expliquer les particularités de la généalogie en Alsace. Il devra être attractif (esthétique, bien illustré, intéressant) pour conquérir un large public (adhérents ou non du CGA). Il devra aussi être très simple d’utilisation et très lisible, compte tenu de l’âge moyen des membres utilisateurs. À ce stade, nous répertorions les onglets qui seront nécessaires et les fonctionnalités souhaitées (barre de recherche, agenda, catégories, abonnement au blog, page de contact…)

Étape 3 : choisir le support technique. Notre choix s’est porté sur un site WordPress gratuit car notre budget est quasi-nul, que cette plateforme offre un large choix de modèles de base personnalisables et que l’utilisation du tableau de bord est assez intuitive.

Étape 4 : choisir un nom et un logo. Pour le nom (et l’url associé), nous avons fait simple et efficace : « Généalogie Alsace », tout est dit, what else ? Pour le logo, il y a eu débat (mais Laure a été un peu directive). L’image de profil apparaît partout dans un blog et chaque fois qu’on commente sur un autre blog ; il est donc indispensable qu’elle soit facilement reconnaissable. Elle doit évoquer au premier coup d’œil le site qu’elle illustre (d’où notre choix d’une Alsacienne en costume traditionnel), être graphique (d’où le noir et blanc) et représenter autant que possible l’ensemble des membres du groupe (bon, d’accord, c’est une femme… mais ce qui est important est qu’elle ne porte pas la cocarde tricolore et peut donc mettre d’accord tous les Alsaciens, germanophiles ou francophiles).

Étape 5 : prévoir le fonctionnement du blog. Qui s’occupe de quoi : rédaction des textes et/ou collecte des textes auprès des rédacteurs, recherche d’illustrations, corrections, mise en forme sur le tableau de bord en mode « brouillon », publication, gestion des commentaires. Quel est le rythme de publication souhaité ? Nous avions prévu de « faire tourner » le blog en binôme complémentaire (élaboration des textes à partir d’anciennes publications des membres ou de recherches diverses pour l’une, mise en forme et illustration pour l’autre) et, dans un premier temps, de publier 2 fois par semaine pour attirer tout de suite les lecteurs, avant de ralentir le rythme.

Étape 6 : rédiger les textes des différentes pages du site, choisir des illustrations (libres de droits et bien sourcées), rédiger au moins 2 ou 3 articles pour le blog (à publier à l’ouverture) et prévoir les publications suivantes.

Étape 7 : mettre en ligne. Oh, le gros coup d’adrénaline ! Joie et inquiétude mêlées. Ça y est, c’est fait, « Généalogie Alsace » est en ligne ! Nous sommes le 17 octobre 2020.

Étape 8 : Diffuser l’adresse du site. Aux adhérents bien sûr, mais aussi à tous les groupes ou individus qui, de près ou de loin, s’intéressent à l’Alsace et/ou à la généalogie. Bon, on ne vous cache pas qu’à cette étape, il faut surmonter patiemment une incommensurable résistance passive… Des siècles de recherches généalogiques sur support papier, cinquante ans de fonctionnement de la section Île-de-France du CGA sans média numérique (si ce n’est le site internet du CGA, essentiellement informatif)… mais on y croit et on s’obstine ! Avant que les moteurs de recherche fassent « remonter » notre blog dans les listes, il faudra compter plusieurs mois, alors on se concentre sur les « 3 P » : patience, pédagogie et persévérance.

ILLUSTRATION

La page d’accueil de Généalogie Alsace : la carte de Cassini de la région de Strasbourg (Carte de Cassini, XVIIIème siècle – Géoportail © IGN 2013) et le logo de l’Alsacienne (détail du tableau « Le souvenir, l’Alsacienne » du peintre alsacien Jean Benner, transposé en nuances de gris).

Motiver les contributeurs : la levure dans le kouglof !

Motiver les troupes n’est pas la moindre des besognes, mais c’est un ingrédient indispensable, si on ne veut pas que la pâte retombe au fond du moule… Alors, doucement mais sans faiblir, on tente de convaincre, de transmettre l’enthousiasme, de montrer que le groupe est une force. Il faut faire vivre le blog en encourageant l’abonnement et en incitant les lecteurs à déposer des commentaires pour enrichir la discussion (pour vaincre les réticences, rappeler qu’on peut utiliser un pseudo et que l’e-mail n’est visible que par les administrateurs). Il faut aussi tendre vers un blog vraiment participatif en diversifiant le nombre et le style des rédacteurs. Les « anciens » ont un savoir et une expérience que souvent ils minimisent : il faut faire appel à leurs souvenirs, récolter les témoignages, donner confiance et faire confiance. La généalogie est transmission, et ce n’est pas vous qui nous contredirez !

Des efforts récompensés : Généalogie Alsace passe la barre des 100 abonnés au blog en 5 mois…

Les premiers mois d’existence du blog demandent une bonne dose d’énergie et de temps. Le blog lancé, il faut s’organiser pour le faire vivre. La créativité doit s’exprimer autour d’une bonne ligne directrice, avec le support d’un calendrier éditorial pour gérer les publications sans stress et alterner harmonieusement les catégories (histoire, traditions, chroniques, repères généalogiques…). Un tableau Excel liste donc les articles à publier et publiés : titre (ou sujet prévisionnel ou toute idée qui nous passe par la tête), date de publication (prévue et effective), source (par exemple ancien article déjà publié dans une lettre du CGA-IDF), nom du rédacteur, plus 3 colonnes « techniques » à cocher (rédigé/corrigé sous Word, accord de l’auteur, prêt à publier sous WordPress). Quelques tâtonnements et adaptations plus tard, le rythme ne faiblit pas : toujours 2 publications par semaine ! Le partage régulier des articles du blog sur le groupe Facebook « Généalogie et culture alsaciennes » contribue amplement à gonfler le nombre de vues (la rubrique « dialecte alsacien » est particulièrement prisée). Un petit concours sur Instagram @genealogiealsace, avec la complicité des éditions Archives & Culture, permet au blog de passer à la mi-mars le cap des 100 abonnés. Depuis fin mars, l’ajout de mots-clés à chaque article facilite la recherche et augmente le référencement.

Généalogie Alsace entre dans la communauté GeneaTech à la mi-avril 2021.

À l’occasion du Généathème d’avril 2021 consacré aux naissances multiples, nous décidons de partager avec d’autres blogueurs une énigme étonnante : la naissance de sœurs siamoises à Rouffach (Haut-Rhin) en 1678, dans « Qui, quoi, quand, où ? Sœurs siamoises ». Nous nous prenons au jeu de la lecture de tous les articles proposés : quelle formidable émulation ! Nous découvrons la communauté GeneaTech, bouillonnante d’idées et généreuse en trucs et astuces pour néophytes de la généalogie numérique. Soyons honnêtes : la belle opportunité de faire connaître notre blog a été très incitative !

Notre prochain défi : un été généalogique très dense.

Avec l’arrivée des vacances, les rencontres mensuelles de la section Île-de-France du CGA (qui avaient repris via ZOOM pour maintenir le lien) s’interrompent pour 2 mois. Le rythme de publication va se calmer pour faire place à un contenu plus rare mais plus copieux. Nous avons prévu de publier 4 articles seulement cet été (un par quinzaine en juillet et août), mais ce seront 4 longs articles de référence pour apporter des réponses méthodologiques à des problématiques récurrentes (les fiches matricule des Alsaciens-Mosellans, les options de nationalité, les seigneuries de l’Ancien régime, les cimetières en Alsace). Ils viendront compléter l’article phare du blog, « Généalogie en Alsace : le B.A.BA ». Pour l’instant, nous en sommes… presque aux deux tiers de la rédaction (toujours à deux mais avec l’indispensable appui de notre bibliothécaire et de notre responsable-historienne). Espérons que ces articles rendront notre blog absolument incontournable pour tous les généalogistes alsaciens ! Nous n’avons pas perdu espoir de motiver davantage les adhérents au CGA-IDF à contribuer à leur blog… alors, nous avons eu une idée folle…

Notre projet fou : la participation au Challenge AZ !

Comme si le blog ne nous accaparait pas assez, comme si on avait besoin de se rajouter un peu de travail… l’envie nous démangeait de nous lancer dans le Challenge AZ en mode collaboratif. L’idée est lancée en mai et beaucoup s’en effraient : à quoi ça sert ? Qui va nous lire ? Suis-je capable ? On élabore le plan de bataille pour être fin prêts début novembre 2021. Il s’agit de ne pas perdre de temps et de s’organiser efficacement. Après lecture de toute la bonne littérature AZ, on décide d’une stratégie rigoureuse (trop ?) : choix d’un thème comme trame du challenge, élaboration d’un tableau de 26 mots de A à Z, calendrier des préparatifs… Ça y est, l’affaire est lancée ! On attend plus que nos amis inscrivent leurs noms au tableau avant… mi-juillet… Grand merci au Centre Généalogique de Touraine pour son retour d’expérience et ses bons conseils. À bientôt donc pour vous parler « vocabulaire des archives alsaciennes » (on avait plein d’autres idées mais on les garde pour les années à venir) ! Préparez-vous : les Alsaciens n’ont de souci à se faire ni pour le W ni pour le Z !

Vos ancêtres et la petite reine, généathème de juillet 2021

Temps de lecture : < 1 minute

En lien avec le tour de France des archives, nous vous proposons pour ce mois de juillet un généathème autour du cyclisme.

Une photo d’ancêtre ? Les anecdotes d’un fan de vélo ? La trace d’une course dans la presse ancienne ?

Nul doute que vous trouverez une idée pour participer à nouveau. Vous pourrez partager votre article dans la section du forum et/ou sur les réseaux sociaux. A vos claviers !

Les archives départementales du Morbihan

Temps de lecture : 4 minutes

Prenons quelques instants dans le tour de France des Archives, pour nous arrêter aux Archives Départementales du Morbihan.

Pour vous y rendre, programmez votre GPS sur cette adresse :

80, rue des Vénètes
56010 Vannes Cedex

Si vous êtes trop loin ou que vous ne pouvez pas vous y rendre tout de suite, leur site internet propose une collection très complète d’archives numérisées.

https://archives.morbihan.fr/accueil

Vous voulez en savoir plus sur les fonds disponibles ? En voici une petite présentation :

L’incontournable Etat-civil : https://recherche.archives.morbihan.fr/archive/recherche/etatcivil/n:6

Il s’étale du XVIe siècle au début du XXe en fonction des communes. A l’heure où cet article est écrit, les naissances sont disponibles jusqu’en 1920, les mariages et décès jusqu’en 1936, les tables décennales, quant à elles, sont disponibles jusqu’en 1932.

Les registres matricules : https://recherche.archives.morbihan.fr/archive/recherche/recrutement/n:11

Ces archives contiennent les informations militaires des hommes pour les classes de 1867 à 1921. Les registres de 1887 à 1921 ont été indexés, il vous est donc possible de passer par la recherche nominative pour retrouver le parcours militaire de vos ancêtres.

Le cadastre napoléonien : https://recherche.archives.morbihan.fr/archive/recherche/cadastre/n:7

Très utile pour pouvoir mieux visualiser l’agencement de la commune de vos ancêtres et pouvoir repérer leurs lieux de vie.

La presse ancienne : https://recherche.archives.morbihan.fr/archive/recherche/presse/n:21

Vous cherchez des informations sur la vie de vos ancêtres et les faits divers ayant marqués leur existence ? 181 titres de presse sont disponibles entre le XIXe et la première moitié du XXe siècle.

Un fonds iconographique : https://recherche.archives.morbihan.fr/archive/recherche/iconographie/n:12

Ce fonds se compose d’un ensemble de cartes du département et de photos ayant, pour beaucoup, servies à éditer les cartes postales des villes et villages.

Les recensements : https://recherche.archives.morbihan.fr/archive/recherche/recensement/

Ils sont disponibles de 1836 à 1906. Seules 157 communes sont pour le moment en ligne, mais un ajout est prévu pour le 2e semestre 2022 pour les 65 communes restantes !

Pour chacun de ces fonds, un formulaire de recherche est disponible à gauche de votre écran. Il vous permettra d’affiner les réponses proposées par le site. De plus, les Archives ont mis en ligne des vidéos d’aide à la recherche : https://archives.morbihan.fr/rechercher/conseils-et-outils-de-recherche/fiches-pratiques-et-tutoriels-video

Vous pourrez approfondir l’histoire des communes du Morbihan grâce à la carte interactive mise à votre disposition. Pour chaque ville, vous trouverez la liste des fonds numérisés la concernant ainsi qu’une présentation de son histoire et des liens utiles pour en apprendre plus : https://recherche.archives.morbihan.fr/archive/catalogue/communes

Si vous souhaitez vous rendre sur place pour consulter les TRES nombreux fonds non numérisés, vous pouvez consulter l’état général des fonds ou cadre de classement

 afin de préparer votre visite : https://recherche.archives.morbihan.fr/archive/egf/n:16

L’espace personnel disponible sur le site est extrêmement utile pour accéder rapidement aux documents ou inventaires que vous consultez souvent. Afin de créer votre compte, cliquez sur « Espace personnel » lorsque vous êtes sur l’une des rubriques numérisées, puis suivez la procédure pour vous inscrire. Une fois cette étape franchie vous aurez accès à votre espace personnel qui se compose de trois parties :

L’onglet « Mon identité » regroupe vos informations personnelles : nom, prénom, adresse mail, modification de mot de passe.

« Mon classeur » permet de retrouver facilement des documents que vous avez sélectionnés. Prenons un exemple. Vos ancêtres sont originaires de Kergrist et vous passez beaucoup de temps dans les registres de cette commune. Il est possible, via la liste des registres d’ajouter un document à votre classeur.

Il vous suffit de cliquer sur l’icône de droite, vous pourrez ensuite choisir d’ajouter la notice à un dossier existant ou d’en créer un nouveau. Dans le classeur le résultat se présente ainsi :

Vous pourrez ainsi accéder directement à vos documents. De plus, en cliquant sur la petite bulle en bas à droite, vous pourrez ajouter un commentaire, ce qui est pratique pour indiquer la page sur laquelle on s’est arrêté lors du dépouillement d’une commune.

Ce système de classeur ne concerne pas seulement les archives numérisées, il est aussi possible d’ajouter des notices, mais hélas les liens PDF liés à celles-ci ne sont pas disponibles dans le classeur, il faut toujours passer par le cadre de classement pour les retrouver.

Les archives départementales des Côtes d’Armor

Temps de lecture : 3 minutes

Le Tour de France 2021 est, pour Geneatech, l’occasion de mettre en avant les services d’Archives des départements traversés.

 Je vous propose donc de découvrir les Archives Départementales de mon département de naissance, les Côtes d’Armor. 

Visite sur place :

  • Le lieu : Archives départementales des Côtes d’Armor – 7 rue Merlet – 22000 Saint-Brieuc
  • Ouverture au public du mardi au vendredi de 8h30 à 17h30.                                              
  • Contact téléphonique : 02 96 78 78 77

ATTENTION : Les Archives sont fermées au public pour travaux en 2021. Mais il est possible pour des demandes précises de les contacter par courrier postal ou par mail : archives@cotesdarmor.fr

Suivre ce lien pour plus de précision : https://archives.cotesdarmor.fr/actualites/fermeture-de-la-salle-de-lecture-pour-travaux

Visite virtuelle :

  • La salle de lecture virtuelle :

Possibilité d’ouvrir un compte afin de sauvegarder ses recherches dans un album mais ce n’est pas une obligation, il est possible de consulter sans s’inscrire.

L’exemple des Registres paroissiaux et d’état civil :

Choix alphabétique des paroisses / communes : certaines paroisses sont précédées par la mention i qui vous renseigne notamment sur les lacunes.

Le tableau d’indexation des registres paroissiaux : une aide à la recherche réalisée par le Centre de Généalogie des Côtes d’Armor (CG22). Cette aide permet de repérer la plage de vues correspondantes à l’année de votre recherche.

La page des miniatures : elle apparait après avoir choisi un lot d’images, un clic sur la miniature permet de l’agrandir.

L’accès à Généarmor se fait dans le bloc de gauche
  • Une base de données : Généarmor qui permet de retrouver vos ancêtres costarmoricains. Généarmor est né d’un partenariat entre le Conseil Départemental des Côtes d’Armor et le Centre Généalogique des Côtes d’Armor.

https://genearmor.cotesdarmor.fr

Vous pouvez donc rechercher la référence d’un acte en utilisant le moteur de recherche Généarmor, puis aller consulter et récupérer le document en salle virtuelle.

  • Une astuce ou la cerise sur le gâteau :

Le partenariat entre les Archives départementales et le CG22 est un point fort à souligner car il a permis la mise en place d’outils bien pratiques pour les généalogistes.

Ainsi, pour faciliter les recherches aux Archives départementales, le Centre Généalogique des Côtes d’Armor propose en accès libre un outil nommé « Salvindex » qui permet de se positionner sur la première page de l’année recherchée.

 Pour en savoir plus, je vous invite à consulter la vidéo « Corail Net & Salvindex (CG22) ou Comment booster vos recherches généalogiques dans les Côtes d’Armor » de Jean-Marc BOGROS alias @JimboGénéalogie, publiée sur la chaine YouTube de GENEATECH.

Un outil similaire existe également pour les Tables des successions et absences.

Pour accéder aux bases de données et aux applications du CG22 : http://www.genealogie22.com/

*******

J’espère que cette petite présentation vous donnera envie d’aller explorer le site des Archives départementales des Côtes d’Armor. Des inventaires ainsi que des fiches pratiques sont à votre disposition pour vous aider dans vos recherches.

Marielle LE GOFF

Les archives départementales du Finistère

Temps de lecture : 2 minutes

En ce premier jour du Tour de France 2021, rendons-nous aux archives du premier département traversé : le Finistère.

En arrivant sur la page d’accueil, notre regard est tout de suite attiré vers la zone de recherche en bas à droite, assez intuitive.

Vue de la page d’accueil en juin 2021 – Zone de recherche entourée en rouge

On y retrouve les « classiques » des recherches en ligne :

Pour les autres blocs, différentes ressources peuvent être disponibles : des inventaires aux documents numérisés en eux-même.

BlocRessources disponibles
Notaires– Tableaux annuels des notaires (sous-série 106 J)
– Inventaires
Enregistrement– Carte et tableaux des bureaux
– Tables des décès, successions en absences
Hypothèques– Inventaires
Cadastre– Plans et état des sections
Contrôle des actes– Inventaire
Iconothèque– Accès aux fonds iconographiques
Presse ancienne– Accès à de nombreux fonds numérisés

Chaque bloc renvoie sur une page organisée de la même manière :

  • L’accès aux documents et/ou aux inventaires.
  • Une aide à la recherche.
  • Dans certains cas des documents complémentaires et utiles aux recherches (tableau des localités avec leur bureau de rattachement pour l’enregistrement par exemple).
Exemple de page dédiée à une recherche, ici l’enregistrement
La zone d’accès aux documents avec à gauche les filtres, et en haut la “zone utilisateur” comprenant le panier et l’historique (je n’ai pas réussi à me créer un compte lors de ma connexion).
Ces archives utilisent la visionneuse Bach – elles proposent un guide d’utilisation

Enfin, vous trouverez bien entendu toutes les informations utiles pour préparer une visite aux archives dans la rubrique “Rendez vous aux archives”. Horaires, accès… mais également réutilisation des archives, un thème qui intéressera les généablogueurs !

Histoires d’argent, généathème de juin 2021

Temps de lecture : < 1 minute

Pour ce nouveau généathème, en cette période de déclaration des impôts, parlez-nous d’argent !

L’argent, on peut en parler dans divers actes notariés (contrats de mariage, testaments, héritages, ventes…) ou encore dans les tables de successions et d’absences. Certains ancêtres ont pu avoir des déconvenues ou des démêlés avec la justice ! Auquel cas nous pouvons en avoir des traces dans les archives judiciaires bien entendu, mais aussi dans la presse, ou une indication dans les fiches matricules.

Mais l’argent, c’est peut-être aussi cette pièce de monnaie qui vous a été transmise ?

Un thème peut-être un peu moins simple que les précédents ? Un sujet à tordre dans le sens qui vous inspirera le plus.

A vous de jouer !

Les généathèmes de 2021 :